L’honnêteté, la liberté et la joie

« J’ai honte. J’ai envie d’émigrer à l’étranger, dans un pays libre, parce que le pays des droits de l’homme, de la liberté est devenu un pays où la liberté est… où on n’a plus le droit de rien faire » Pr Perronne.

Vous êtes bien dans le sanctuaire de la joie et je suis complètement apolitique. Ma seule politique est la joie, et joie rime avec liberté et honnêteté. J’espère que la situation morale de notre pays va s’améliorer car nous ne pourrons pas tous émigrer, loin de là ! A moins d’être un saint et un martyre enfermé dans un cachot mais plein de béatitude, pour vivre pleinement sa joie, il faut être libre.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Lors de mon dernier article, je vous avais partagé la vidéo de l’ACU, où plusieurs médecins allemands annoncent la création de la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus. Vous pouvez y trouver le pdf en téléchargement mais j’avais très envie d’écrire le texte ici, puisque j’ai pris le temps de le retranscrire (je ne savais pas qu’il y avait un pdf !). Ce fut un excellent exercice, car cela m’a permis de constater que les mots prononcés avaient été soigneusement choisis et pesés, avec une grande intelligence.

Je vous le partage parce que ce qu’ils disent est comparable à ce que nous avons vécu en France. Je me réjouis que de plus en plus de médecins français, dont le Pr Perronne, commencent à parler et divulguer des faits inadmissibles. Je me demandais où étaient passés les médecins français honnêtes et courageux… Vous pouvez l’écouter dans la vidéo ci-dessous :

Le Pr Perronne et ces médecins disent des choses tellement sensées, des choses que je dis moi-même sur d’autres réseaux sociaux depuis le confinement, guidée par mon intuition et ma propre pratique de la santé holistique, car mon leitmotiv est et sera toujours la joie. Ils ont très bien dit que leur motivation était surtout d’être honnêtes et de maintenir les libertés et de défendre les droits des individus. Allez, je vous laisse. Vous avez beaucoup à lire.

L’honnêteté est une chose qui aide vraiment.

« Mes chers concitoyens, bienvenus à l’ACU, la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus. Si le parlement ne le fait pas, alors, nous, les citoyens, sommes appelés à le faire nous-mêmes. Commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus. Nous allons enquêter sur les raisons pour  lesquelles ces mesures restrictives ont été appliquées dans notre pays au cours du Covid-19, sur les raisons pour lesquelles les gens souffrent maintenant, et sur la proportionnalité de cette maladie, qui a en fait été causée par un virus SARS-CoV-2. Nous avons de sérieux doutes quant à la proportionnalité de la manière dont ces mesures restrictives ont été prises. Cela doit être examiné et, étant donné que ni les parlements, ni les partis d’opposition, ni les partis au pouvoir, n’ont convoqué de commission et que celle-ci n’est même pas au stade de la planification, il est grand temps que nous prenions les choses en mains, maintenant. Nous inviterons et entendrons, ici, au sein du cercle des porte-paroles de Corona, des experts de tous les horizons, issus des domaines de la médecine, des affaires sociales,  du droit, de l’économie et bien d’autres encore. Des experts de renom ont déjà aimablement accepté d’être présents. Outre le cercle des orateurs, mon collège le Pr Haditsch, et mon collègue le Dr Schiffmann, je voudrais également me présenter.

Je m’appelle Heiko Schöning, je suis un simple médecin de Hambourg. Ma motivation personnelle est que je suis un père, comme beaucoup d’autres dans ce pays ont des enfants, et nous voyons que nos enfants souffrent maintenant, non seulement parce que les terrains de jeu ont été fermés, mais aussi parce qu’ils sont séparés les uns des autres. Et pour les adultes, c’est encore pire. Nous nous demandons pourquoi les familles ne sont plus autorisées à rendre visite à leurs parents, par exemple, dans les maisons de retraite. Le danger d’infection est-il si grand ? Avons-nous vraiment un virus mortel ici ? Avons-nous la rage ou la peste ? Et nous avons de sérieux doutes à ce sujet ! Nous n’avons pas la peste ! Mais l’honnêteté est une chose qui aide vraiment. Le célèbre prix Nobel Albert Camus l’a déjà exprimé dans son merveilleux livre « La peste ». Nous voulons garantir cette honnêteté et cette transparence, ici, à l’ACU, au sein de la Commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus. C’est pourquoi des experts du domaine de la médecine, comme le Pr Bakdhi, de l’économie comme le Pr Otte, ou encore du système juridique comme le Pr Jungblut, et bien d’autres qui ont déj accepté de venir. Et bien sûr, nous invitons également tous les experts du gouvernement, des instituts publics, de l’institut Koch, et bien sûr, de l’étranger.

Il sera rendu complètement transparent. Les déclarations des experts seront diffusées en direct, sans montage. Vous pouvez les regarder sur internet. Nous allons créer un site internet et nous aurons bien sûr besoin de plus de ressources pour cela. Par conséquent, veuillez nous soutenir dans cette initiative citoyenne, l’ACU.

Photo de Nandhu Kumar sur Pexels.com

Quel est le meilleur scénario ? Nous verrons que nous n’avons pas besoin d’avoir plus peur, comme nous l’avons fait avec les vagues normales de grippe ces dernières années, car c’est exactement ce qu’il semble être. Mais pourquoi ont-ils pris ces terribles mesures ?  Par exemple, un rapport du ministère fédéral de l’intérieur a déterminé que 90% de toutes les opérations nécessaires en Allemagne n’ont pas été réalisées, ce qui a touché 2,5 millions de personnes. Et dans ce rapport, il est également écrit que 5000 à 125000 patients sont morts à la suite des mesures gouvernementales. Donc, des gens, des compagnons, des citoyens, qui sont déjà morts ou qui sont en train de mourir. Ce rapport avait le statu du 7 Mai 2020.

C’est aussi la raison pour laquelle nous prenons maintenant en mains cette Commission d’enquête sur le coronavirus, car nous ne pouvons plus attendre. Et il est plus que grossièrement négligent que les agences gouvernementales n’exposent pas ces choses en grand, et en fait, cela semble être une mise en scène. Car les données scientifiques montrent déjà qu’il n’y a pas de base pour ces mesures.

Nous nous demandons donc tous, y compris dans le monde des affaires, bien sûr,

-même si ce sont surtout des vies humaines qui sont en jeu, ici, qui en profite ? Nous essayons de répondre à ces questions ici aussi.

Cui bono ? Qui en bénéficie ?

Merci beaucoup également, pour votre soutien jusqu’à présent, et nous nous réjouissons de recevoir d’autres ressources, ainsi que votre coopération. Une fois de plus, nous invitons tout le monde, y compris l’autre partie, à s’exprimer ici, et ce sera également affiché de manière transparente sur internet. Et bien sûr, nous sommes également disponibles pour une conférence de presse. Nous demandons donc à l’association fédérale des conférences de presse d’ouvrir les salles pour nous et la presse internationale. Merci beaucoup.

Je passe maintenant la parole à mon collègue, le Dr Bodo Schiffmann.

M. Schiffmann :

-Oui, merci beaucoup, M. Shöning. Pourquoi la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus est-elle nécessaire ? Parce que nous avons affaire à un manque de proportionnalité. Les gouvernements doivent prendre des décisions et, dans les situations d’urgence, comme une pandémie, ils doivent également prendre des mesures qui peuvent, à première vue, restreindre les droits fondamentaux. Mais ils sont également tenus de revoir constamment ces mesures et de les assouplir le plus rapidement possible, afin d’éviter des dommages collatéraux comme l’a mentionné M. Schöning.

Au lieu de cela, nous obtenons des chiffres sans rapport, des chiffres qui sont susceptibles de n’attiser que la peur, en additionnant simplement les cas de maladie, et en ne montrant pas qu’il y a une disproportion entre le nombre de personnes testées et le nombre de personnes réellement infectées. Les structures existantes qui fonctionnent bien, comme la loi sur la protection contre les infections, sont simplement suspendues et remplacées par quelque chose de nouveau, qui est beaucoup plus drastique, et la seule chose qui vient du gouvernement, est l’appel constant à la vaccination contre une maladie dont nous savons maintenant très bien, grâce à de nombreuses études internationales, qu’elle est très comparable aux maladies de la grippe, que les taux de mortalité ne sont pas plus élevés qu’avec les vagues de forte grippe, et que les mesures ne peuvent pas être justifiées par cela.

C’est une ignorance effrayante d’études internationales reconnues et d’experts de tous les domaines, qu’ils soient virologues, bactériologues, épidémiologistes ou même économistes, qui ne sont tout simplement pas entendus ou sont ignorés.  Pire encore, on les traite de menteurs, de charlatans ou de théoriciens du complot, ce qui ne manquera pas de devenir le mot d’ordre de l’année 2020.

Au lieu de cela, on annonce une vaccination qui peut être très dangereuse, une vaccination sans nécessité médicale, parce qu’il n’y a plus de preuves. Il n’y a même plus assez de personnes en Allemagne qui tombent malades pour qu’un vaccin puisse être testé sur elles.

Et il  s’agit d’une nouvelle forme de vaccination, dite à ARN qui, contrairement aux vaccinations précédentes, est capable de modifier le matériel génétique et peut causer des dommages incalculables aux personnes.

Et ici, il faut aussi penser au principe médical « pas de mal », « nil no cere ». C’est la responsabilité des médecins, et nous espérons ici aussi que d’autres médecins y participeront  et y réfléchiront, car nous médecins, ne devons pas faire plus de mal que de bien aux patients.  Ma motivation, ce sont mes grands-parents et mes parents, qui m’ont appris que si j’ai le sentiment que les droits fondamentaux sont restreints, que la démocratie est restreinte, que la presse n’est plus une presse libre, mais que vous avez le sentiment qu’il s’agit de propagande, que si les opinions étrangères sont censurée, supprimées, alors, vous devez sortir dans la rue, alors, vous devez devenir actif, ou vous devez essayer d’informer le public vous-même, par exemple, comme vous le feriez avec un comité d’enquête sur le coronavirus.

Car bien sûr, il y a toujours le danger que le pouvoir corrompt, et qu’à un moment donné, les politiciens ne puissent plus le voir avec la bonne mesure et le bon objectif.

J’ai vu un danger de perte de la démocratie et je vois chaque jour de plus en plus d’efforts pour transformer notre ordre démocratique de base en un État de surveillance, avec des applications de contrôle des esprits et de surveillance et autres, sous le couvert de protection contre les infections.

Dans le meilleur des cas, nous arrivons à la conclusion qu’il faudrait une clarification juridique complète, du contexte de ces mesures, scientifiquement, médicalement et humainement excessives, que les responsables devraient également être tenus pour responsables, et que des situations telles que la grippe porcine, avec des vaccinations qui ont laissé des séquelles sur les gens, pour une maladie pour laquelle il n’était pas nécessaire de vacciner, ne devraient jamais se reproduire !

Et toutes les mesures qui ont été prises (devraient) être réduites car elles ont été élaborées sur fond de scénarios d’horreur qui ne sont jamais concrétisés et qui sont néanmoins constamment maintenus à un niveau élevé pour  faire craindre à la population une maladie mortelle qui n’existe pas sous cette forme.

Et la meilleure chose qui en sortira, bien sûr, et cela doit arriver, est la fin immédiate du verrouillage, la fin de l’obligation de porter des masques. A une époque où il n’y avait plus du tout de cas de maladie, un appel  a été lancé le 29 Mai de cette année, pour rendre obligatoire le port du masque dans les cabinets médicaux.

Au cours des dernières semaines -nous sommes le 20 Juin 2020, il y a quinze jours, nous avons eu de grandes manifestations de masse contre le racisme dans 20 villes allemandes avec plus de 20000 participants, si ce virus sous cette forme avec ce taux d’infection  était encore réellement répandu en Allemagne, alors nous devrions pouvoir enregistrer une augmentation massive du nombre d’infections aujourd’hui, mais ce n’est pas le cas. Et cela prouve que les mesures ne peuvent plus être justifiées d’aucune manière. Merci beaucoup.

M. Shöning :

-Merci beaucoup à M. Schiffmann. Je voudrais souligner une fois de plus que ce que nous faisons ici est totalement non partisan, il ne s’agit pas de droite ou de gauche, il ne s’agit pas de gros ou de mince, d’homme ou de femme, il s’agit en fait de vie et de mort pour beaucoup, d’une grande qualité de vie pour les adultes mais aussi pour nos enfants. C’est notre principale motivation ; également pour les générations futures pour faire face aux circonstances auxquelles nous avons nous-mêmes été exposés ces derniers mois.  Nous, les citoyens, devons retrouver notre souveraineté, et nous en prenons aussi le droit, parce que nous l’avons. Nous nous basons sur la Constitution. Dans la Constitution, que je tiens ici dans ma main, il y a un article merveilleux, l’article 20 paragraphe 4 : « Toute personne a le droit de résister, si aucune mesure ne permet de remédier à la situation ». Nous pouvons peut-être aussi considérer cette commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus comme l’une des dernières mesures et espérer que ceux qui sont au gouvernement, qui ont également prêté serment de ne pas nuire aux gens, mais d’aider ceux qui défendent notre pays, que nous leur rappelons également à tous, fonctionnaires, officiers, médecins, oui, tous les concitoyens sont appelés à y prendre part ici, et les terribles circonstances que nous vivons tous réellement, nous le voyons dans les rues, nous le vivons dans nos familles et aussi personnellement avec nos amis et nos parents. Nous devons faire quelque chose à ce sujet.

Et je suis heureux également que nous n’ayons pas seulement la perspective allemande, mais que nous puissions également apporter une perspective internationale dans le processus. Et c’est pourquoi je suis également heureux que nous ayons un véritable expert en  la matière dans le cercle des orateurs de l’ACU, la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus, le Pr Haditsch d’Autriche. Je vous en prie.

M. Haditsch :

-Oui, merci beaucoup et meilleurs vœux de ma part. M. Shöning, c’est un grand honneur pour moi, et pour être franc, c’est quelque chose qui me tient à cœur de participer à la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus. Si nous descendons au niveau des faits, nous devons nous poser les questions suivantes : pourquoi cette commission d’enquête est-elle nécessaire ?

Cette enquête est nécessaire, car dès le départ, soit par négligence grave, soit délibérément, sans le devoir de diligence nécessaire, c’est-à-dire sans la moindre considération pour les dommages collatéraux, des décisions irresponsables et inappropriées ont été prises, qui ont également porté atteinte aux droits démocratiques fondamentaux et foulé aux pieds les devoirs éthiques. On a évidemment aussi tenté de compenser des fautes flagrantes, comme la négligence de ceux qui ont besoin de protection-et je vous rappelle les personnes en maison de retraite- par des mesures draconiennes et non ciblées, peut-être pour éviter de justifier ces fautes non plus, ou du moins pour détourner l’attention de ces problèmes.

Que ce soit finalement non intentionnel, c’est-à-dire basé sur l’ignorance, ou intentionnel-ce qui alors aurait été fait avec des motifs douteux- est en fait sans importance. En tout état de cause, cela disqualifie les décideurs eux-mêmes. Compte tenu de l’ampleur des décisions prises, les deux options décrites ci-dessus doivent nécessairement faire l’objet d’un examen détaillé et cela peut être fait à nouveau à partir de l’expérience de la présentation extrêmement unilatérale par la politique et la radio d’Etat, ou les médias d’Etat, en fin de compte, uniquement par une commission d’enquête indépendante, c’est-à-dire également extra-parlementaire, sur le coronavirus.

Ma motivation personnelle pour y participer est que je suis un spécialiste en microbiologie, virologie et épidémiologie des infections et je suis profondément consterné par l’approche non objective d’un point de vue professionnel.

Certaines personnes vont se demander ce que j’entends par cette approche non objective.  A cela s’ajoute la constante, même dans les médias, d’esquisses des scénarios les plus pessimistes, de comparaisons inappropriées qui font peur, on ne pense par exemple qu’à ce mot d’ordre parfait et inqualifiable de « conditions italiennes » qui était au mieux vrai pour certaines régions du Nord de l’Italie, et où en fait, les régions du Sud de l’Italie moins bien approvisionnées, ont fait face à tout cela relativement sans problème. Des représentations inadéquates et flagrantes de tendances menaçantes qui, dans la pratique, ne se sont jamais concrétisées. Et si l’on avait correctement évalué la situation dès le départ, compte tenu de la qualité du système de soins en Allemagne, n’auraient jamais pu se concrétiser de cette manière.

Je suis aussi un médecin généraliste de formation. Mais surtout en tant que médecin, je ne pouvais plus tolérer cette approche méprisante de la santé et des êtres humains car elle est en contradiction flagrante avec la compréhension et l’éthique professionnelle de chacun d’entre nous. Cette peur permanente, on pourrait dire la peur panique, les dommages psychologiques et sociaux qui peuvent en être déduits, les dommages médicaux et économiques gigantesques et enfin, mais pas des moindres, les interventions massives dans notre vie culturelle et sociale sont, je crois, au moins  en tant que médecin à orientation holistique, une raison et une motivation suffisante pour se lever et lutter contre cette folie.

Face à la catastrophe, qui ne peut pas du tout être évaluée à l’heure actuelle, il semble nécessaire, avec tout le respect que je vous dois, bien sûr, mais en termes non équivoques, d’insister pour que ces décisions soient évaluées objectivement et pour que les décideurs soient tenus responsables si une faute est avérée.

Le point de vue de la commission d’enquête est bien sûr aussi un peu comme ceci : à quoi pouvons-nous nous attendre ? Quel est le meilleur scénario ? Selon moi, tous les citoyens, ou du moins les collègues médecins, devraient se sentir concernés par la pensées d’Hippocrate, à savoir par le principe « nil no cere », «ne pas faire de mal » et tout le monde, même ceux qui ne font pas partie des médias qui ont prêté serment à la ligne gouvernementale, devrait s’informer, poser des questions critiques et procéder à des contrôle de plausibilité.

Et puis, on découvrira que Bergamo n’est pas l’Italie, Ischgli pas l’Autriche,  New York pas les Etats Unis et une fête de carnaval à Heinsiberg, un immeuble à Göttingen, et des abattoirs, où qu’ils soient, ne sont pas l’Allemagne.

Il devrait également devenir visible pour tous, que le système de santé allemand n’a même jamais commencé à courir le risque de se décompenser, c’est-à-dire d’être surchargé,  que des mesures telles que le taux de doublement et ce nombre innommable « R O » étaient principalement destinées à faire pression sur la population par la peur, et que l’absence de références au nombre de tests effectués était communiquée de manière non objective et manipulatrice, que des chiffres faux et peu fiables ont été utilisés pour les décès et pour l’intimidation, que le nombre d’affaires était déjà en baisse significative bien avant le « lockdown » , qu’une obligation générale de port de masque, 4 semaines plus tard, franchement 4 semaines plus tard, était factuellement non fondée, illégale et psycho-socialement irresponsable, que l’adhésion incorrigible à des mesures et des déclarations déjà réfutées, c’est-à-dire contre une meilleure connaissance et des preuves avérées dans ce contexte, est une infraction pénale et qu’en fin de compte, un changement radical des structures décisionnelles des partis se fait attendre, car c’est la seule façon d’empêcher de manière fiable la poursuite ou la répétition de cette approche anti-démocratique.

Je souhaite à l’ACU, la commission d’enquête extra-parlementaire sur le coronavirus, tout le succès possible dans l’examen objectif de toutes ces questions de conflit. Bonne chance.

M. Shöning :

-Merci beaucoup, M. Haditsch.  Je voudrais conclure en soulignant une fois de plus pourquoi nous faisons cette ACU, la commission d’enquête extra-parlementaire.

Nous ne voulons pas attendre les parlements ou les autres qui pourraient venir plus tard, à un moment donné, parce que la pression est maintenant.  Maintenant, les gens souffrent. Maintenant, nos semblables souffrent et maintenant, un grand nombre de personnes ont déjà été blessées, certaines ont même perdu la vie, tout comme cela a été décrit dans le rapport interne du ministère fédéral de l’intérieur. Ils sont morts à cause des mesures prises par le gouvernement ! Et cela n’est évidemment pas proportionné.

Je voudrais rappeler pourquoi il est si urgent que nous devions prendre les choses en mains maintenant, surtout lorsque personne d’autre ne le fait qui pourrait être plus sollicité.

Partout dans le monde, il y a toujours des gens qui ont un arrêt cardiaque. Tout lemonde a le risque à 100%-à un moment donné au moins-le cœur de tout le monde s’arrêtera. La bonne nouvelle : vous pouvez aussi maintenant revivre, réanimer, et il existe un guide sur la manière de le faire. Et cette directive a été modifiée au niveau international au début du mois d’Avril, et au fil du temps, elle a également été modifiée en Allemagne. Et cette directive, imaginez cela dit maintenant : « En raison du risque élevé d’infection par le Covid-19 et des dommages considérables qui pourraient en résulter, vous ne devez plus donner de souffle. Il faut l’imaginer. Vous devez maintenant mettre un chiffon sur votre bouche ». Vous devez maintenant mettre un chiffon sur votre bouche, cela signifie que beaucoup plus de personnes dans le monde vont mourir maintenant, car il est scientifiquement prouvé que si vous appuyez et respirez, beaucoup plus de personnes survivent. La surmortalité est ainsi produite en plus dans les statistiques. Nous devons également renverser cette directive sur la réanimation.

C’est exactement ce que nous pouvons constater et nous serons en mesure de fournir ensemble, au sein de cette commission d’enquête, des preuves complètes que nous n’avons pas la peste ou le virus mortel. C’est une bonne nouvelle !

Mais nous devons nous poser la question suivante : pourquoi en est-il ainsi ? Pourquoi ces mesures sont-elles en place ?  Qui en bénéficie ?

Nous ne voulons pas attendre que nous-même, nos amis, nos parents, subissions des dommages personnels et physiques. Il faut que nous travaillions ensemble maintenant !

Et je ne peux qu’inviter, car il n’y a pas de société derrière nous : pas de société de médias, pas de riches, pas de fondations. Mieux nous sommes équipés en ressources, plus nous pouvons faire ce travail de manière professionnelle et rapide, y compris au niveau international. Nous le publierons également en plusieurs langues, dans la mesure de nos possibilités. Tout le monde est invité à aider ici, dans le meilleur esprit public. C’est pourquoi je vous remercie vivement pour tout le soutien que vous nous avez apporté jusqu’à présent. Merci beaucoup. »

Cette fois, avec cet article, j’ai le sentiment d’avoir fait mon travail de diffusion des informations. Je pourrai désormais me consacrer entièrement à vous parler du cœur de mon sujet, la joie sous toutes ses formes et pas les obstacles sur ce chemin. Cependant, avant de préparer un bon festin, il faut préparer ses ingrédients et utiliser des ustensiles propres et aiguisés.

Lorsque vous vous inscrivez à ma newsletter, vous recevez mon ebook « Vivre la joie de respirer, respirer la joie de vivre », où je vous explique l’outil indispensable pour bien prendre soin de votre santé, la respiration.

Merci de choisir la joie ! Pour aller plus loin, si vous avez envie d’approfondir votre lien avec la joie, je vous invite à entrer au Club La Joie du Succès. Vous trouverez tous les renseignements en suivant les liens.

Joie et succès,

Nadège Compper

3 commentaires sur “L’honnêteté, la liberté et la joie

  1. Pingback: La joie de contester ce qui est contestable | nadège compper. C-Réussir-En-Beauté.

  2. Pingback: La joie de la vérité (2) | nadège compper. C-Réussir-En-Beauté.

  3. Pingback: ACU, la force de la joie ! | nadège compper. C-Réussir-En-Beauté.

Pour commenter, discuter, c'est ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :