Pourquoi j’ai refusé l’hystérectomie

Saviez-vous que l’hystérectomie touchait environ 65 000 femmes chaque année ? Pensez-vous que c’est normal ? Je vous raconte mon histoire avec mon utérus et comment je me suis réconciliée avec moi-même. C’est encore en lien avec la joie, évidemment !

Depuis 10 ans, il semblerait que la situation se soit un peu améliorée (de 70000 en 2010 à 65000 femmes par an en 2016, mais ce chiffre est encore trop énorme !); je vous reporte à l’article sur Marie-Claire, de janvier 2020.

Extraits de l’article : « 

L’ablation de l’utérus (hystérectomie) est une intervention chirurgicale désormais parfaitement maîtrisée. Mais elle ne doit être envisagée que lorsqu’aucune autre solution n’existe car son impact psychologique n’est vraiment pas anodin.

De moins en moins d’hystérectomies sont réalisées en France, selon l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) : moins de 65 000 en 2016, contre près de 70 000 par an en 2010.

Cette pratique reste théoriquement réservée aux cas où aucune autre alternative n’est possible ou lorsque les traitements médicamenteux et chirurgicaux ont échoué.

Des opérations pas toujours justifiées

Les fibromes utérins volumineux restent la première indication de l’hystérectomie, malgré l’essor des techniques de micro-embolisation qui permettent pourtant de les anéantir en bloquant les artères utérines qui les alimentent (environ 30% des opérations). Mais nombre de médecins connaissent encore peu cette nouvelle approche et orientent toujours systématiquement leurs patientes vers l’issue la plus radicale, c’est-à-dire l’ablation.Lire aussi :Cancer du col de l’utérus : comment se déroule le dépistage généralisé ?

L’hystérectomie est également proposée pour résoudre d’autres troubles : l’endométriose sévère, surtout quand elle est susceptible de se propager à d’autres organes, un prolapsus génital (descente de l’utérus à travers le vagin et la vulve), certains cancers gynécologiques (de l’endomètre, du col utérin, du vagin ou des ovaires) ou en cas de complications hémorragiques importantes après un accouchement.

Si on vous propose cette intervention, n’hésitez pas à prendre un autre avis médical pour voir si une autre option n’est pas envisageable. »

Merci à cet article, très clair, qui n’existait pas lorsque j’ai eu à faire ce choix. J’ajouterai cependant de chercher aussi du côté de vos émotions, de votre rapport à la vie, à votre créativité, à votre joie de vire, tout simplement, car l’utérus est l’organe qui crée la vie ! Vous pouvez en être fières, mesdames !

Nadège Compper, 2017. Crédit photo Emmanuelle FREGET.

Et puis,en 2013, j’ai rencontré Jack Canfield et les Principes du Succès qui m’ont permis d’aller plus loin en prenant 100 % de responsabilité pour tout ce qui m’arrive dans la vie. Cette photo témoigne de ma joie.

Prenez soin de vous, mesdames et en ce qui me concerne, j’ai choisi la joie ! Je vous offre tous mes outils avec l’adhésion au Club La Joie du Succès (vous avez un accès immédiat au cours en ligne « Je choisis la joie, j’optimise ma vie »).

A bientôt,

Nadège Compper

Pour commenter, discuter, c'est ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :