Que faire si mon enfant bégaie ?

Je vais aborder ce sujet car j’ai moi-même souffert de bégaiement et en apprenant à m’épanouir par les divers moyens que je propose dans le cadre de la relaxation holistique, avec succès, évidemment 😉 je suis tout à fait légitime pour en parler.

Le bégaiement trouble souvent les jeunes parents, qui se trouvent désemparés face à ce trouble de la parole ou plutôt, ce trouble de la communication.

J’ai déjà raconté dans un article précédent sur le bégaiement que je pense avoir vécu le bégaiement de l’intérieur puisque j’étais une enfant très timide, et que pendant longtemps, parler et parler en public m’a été difficile, entre des épisodes de nasonnement, de bafouillement, de bredouillement et de bégayage… sans parler des troubles associés à toutes ces manifestations (constipation, rougeurs, angines, rhumes, herpès,…) …

Vu de l’intérieur, je peux vous dire que c’est très désagréable. On veut parler mais on ne peut pas, on a comme une boule dans la gorge, on sait ce qu’on a à dire, mais ça ne sort pas… ou très mal !!!

Puisque nous allons parler des enfants et plutôt de prévention car c’est ce qui prime le plus pour moi, je n’entrerai pas dans les détails des causes. Voici les petits conseils que je vous donnerais, si vous avez des questionnements à ce sujet :

1) ne pas s’affoler : c’est un point de départ primordial ! Détendez-vous ! Sachez que la plupart des enfants de 3-4 ans passent par une phase de bégaiement. C’est souvent la façon dont nous y réagissons qui détermine la durée de ce bégaiement…

2) donnez de l’importance au fond plutôt qu’à la forme : souvent, les parents s’inquiètent de la façon de prononcer les mots, mais finalement, ne s’intéressent pas suffisamment à ce que l’enfant veut exprimer. Donc, montrez surtout de l’intérêt pour ce que l’enfant veut dire, attendez patiemment, soyez patient et prévenant, pleins de patience, d’amour et de bienveillance, posez éventuellement des questions pour le guider, et l’enfant finira par s’exprimer. Détendez-vous !

3) donnez le vocabulaire : un enfant jeune qui bégaie le fait aussi souvent par manque de vocabulaire (noms, verbes, adjectifs, etc.). Il cherche ses mots, tourne autour du pot, s’énerve parfois lui-même tout seul, et si on n’a pas la bonne attitude (voir 2), on peut couper la communication.

Si vous comprenez où l’enfant veut en venir, aidez-le, suggérez un mot, sans toutefois parler à sa place. Et poursuivez la conversation, comme nous le faisons tous avec nos amis, etc.

Avoir la bonne attitude permet à l’enfant d’être en confiance, de savoir qu’il est écouté, qu’il a le temps de chercher, de se tromper, de trouver, de parler…

Toutes les activités favorisant le vocabulaire sont à rechercher (lecture, jeux de société, films avec un partage après, etc.). Détendez-vous !

4) Encouragez la prise de parole : communiquez bien vous-même, avec des questions ouvertes et non des questions fermées (ex. Tu as passé une bonne journée ? La question est fermée car elle ne requiert qu’un oui ou un non). Une question ouverte serait plutôt : Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui à l’école, tu me racontes (si tu veux) ?

Vous avez toute une série de livre excellents pour favoriser la communication, dont Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent et bien d’autres, mais cela ne concerne pas seulement la communication avec les enfants, mais la communication avec tout le monde !

Nous sommes en plein dans le sujet, car le bégaiement est un trouble de la communication ! Ce n’est bien souvent que la partie émergée de l’iceberg ! Détendez-vous !

5) Donnez à l’enfant de quoi s’exprimer : le jeu (notamment les jeux de souffle) et les activités artistiques sont des activités idéales pour ce faire ! Un bègue, enfant ou adulte, est souvent quelqu’un de très émotif et très sensible, parfois et souvent très intelligent. Les pensées, les idées, les émotions et les mots se mélangent et circulent très vite dans sa tête et ne sont pas facilement synchronisées avec la lenteur de la parole articulée.

C’est parfois ce surplus d’énergie qui se bloque  à l’intérieur de sa gorge et de son plexus solaire, ce qui se traduit par un trouble de la parole ou du langage en général, dont le bégaiement.

Il a besoin d’exprimer son être profond et cela doit passer par des moments calmes comme des moments d’expression créatrice pour que l’équilibre soit retrouvé. Toutes les activités artistiques sont conseillées : chant, musique, danse, théâtre, mime, dessin, peinture, modelage, mosaïque, écriture, etc.

Personnellement, j’ai eu besoin de faire tout ceci… et je continue notamment avec ce blog ! J’espère que ça se voit que je m’éclate à écrire et à partager tout ce que j’aime et ce qui me préoccupe ! 🙂

Le tout est de savoir se respecter, s’écouter et s’écouter les uns les autres, aller vers ce qu’on aime et de toujours se sentir bien maintenant et toujours mieux. Détendez-vous !

6) Apprenez-lui à prendre du plaisir dans la vie : c’est le résumé de tout ce qui précède, selon moi. Parler ne doit pas être une contrainte, mais un partage dans le plaisir, une occasion de communiquer, de partager des instants de bien-être et d’amour avec les autres, une occasion de se sentir aimé et joyeux, une occasion de partager sa joie de vivre en toute liberté !

Il faut aussi pouvoir arrêter de se juger, de juger les autres et être libre du jugement des autres : tout un programme ! Détendez-vous !

Et la parole se libère automatiquement ! 🙂

Ce peut être un parcours assez court ou long, mais il me semble que je vous ai expliqué la trajectoire pour la libération de la communication ! Plus vous commencez tôt, mieux ce sera pour vous et votre enfant !

couverture RESPIRER plus étroite

Je vous mets la couverture de mon livre sur la respiration, car l’image que j’ai choisie est très explicite pour moi : une enfant joyeuse et libre dans la nature, une jolie petite robe jaune comme le plexus solaire, des bulles de savon qui évoquent le jeu, le souffle et les bulles de champagne, la tête et les bras tendus vers le ciel et les pieds sur terre…

Ce livre est l’aboutissement de tout mon propre cheminement autour de la respiration et de la communication, pour aboutir à ce que nous recherchons tous (je crois) : le bonheur et la joie de vivre !

Si on m’avait dit, à l’époque où je bégayais, que j’allais devenir relaxologue, faire des conférences, des ateliers de relaxation et écrire des livres, j’aurais rigolé sous cape… Mais c’est vrai, je vais bien et toujours mieux et je sais de quoi je parle ! ! 😉

J’espère que cet article aura répondu à vos questions. Si vous avez des commentaires ou encore des questions, n’hésitez pas à les partager ici ! Heureusement que j’ai mes statistiques dans le back-office, car je sais que vous êtes de plus en plus nombreux à venir ici et parfois même depuis le bout du monde !

Merci, merci, merci ! Et surtout, communiquez le mieux possible dans la joie et la détente !

A très bientôt,

Nadège COMPPER. Relaxation holistique.

3 commentaires sur “Que faire si mon enfant bégaie ?

  1. Pingback: Quand l’art devient thérapie : le mime… | REUSSIR EN BEAUTE

Pour commenter, discuter, c'est ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :